Dans la vie, nous faisons des choix en permanence : certains qui ne prêtent pas vraiment à conséquence, comme choisir ce que nous allons faire à manger ce soir, et d’autres dont l’impact sur notre vie peut être très grand : comme le choix de nos études, de notre profession, ou notre lieu de vie.

Un des nombreux apprentissages qui m’a marqué le plus dans ma formation en coaching, c’est le fait que chaque choix a un coût. Vous connaissez la citation attribuée à André Gide « choisir c’est renoncer » ? Je trouve qu’elle illustre bien ce principe.

Je m’explique avec un exemple personnel :

J’ai fait le choix à 18 ans de quitter ma ville d’origine pour faire mes études, puis mes choix de vie ont fait que je ne suis jamais retournée y vivre. A l’époque, je n’avais pas vraiment pris le temps de faire ce choix en conscience, je savais juste que je n’avais pas envie de vivre là.

C’est seulement ces dernières années, depuis que je fais les choses plus en conscience, que je peux voir les coûts de ce choix : être éloignée physiquement de ma famille, dont je suis très proche avec le cœur, rater plein d’anniversaires, de fêtes, ne pas pouvoir juste aller boire un thé chez ma mère de temps en temps.

Mais quel aurait été le coût à l’époque d’habiter dans ma ville d’origine ? Je m’y sentais enfermée car ce n’est pas assez vivant pour moi, donc je peux supposer que le premier coût aurait été un certain mal-être. Les opportunités professionnelles y étaient rares, je n’aurais pas autant voyagé, fait toutes ces belles rencontres, toutes ces expériences si riches et je n’habiterais sûrement pas en Suisse aujourd’hui.

Alors on peut dire que, même si ce n’était pas conscient à l’époque, j’ai choisi l’éloignement de ma famille pour mon bien-être, les expériences et rencontres d’autres cultures.

Et lorsque aujourd’hui, ma famille me manque, cela m’aide de me rappeler ces raisons et tout ce que cet éloignement m’a malgré tout apporté. Et évidemment, je leur rend visite aussi souvent que je peux.

Alors aujourd’hui, quand je dois faire des choix importants, je regarde du côté des coûts potentiels de chaque décision. Et quel coût/prix je suis prête à payer le plus ?

Exemple d’une cliente

Cela peut aider à aller à l’essentiel comme hier avec une cliente : le coût d’un de ses choix était de se retrouver temporairement au chômage et pour l’autre choix, de ne pas être heureuse. Personne ne peut juger pour elle – pour nous- quel prix pour nous est le plus acceptable.

Il s’agit alors ensuite de prendre le temps de sentir ce que ça nous fait, en nous, dans notre corps, de s’imaginer payer tel prix ou l’autre.

Dans le cas de ma cliente hier, le choix est devenu presque évident : il lui reste maintenant à accepter le prix qu’elle a accepté de payer et d’accueillir et vivre sa décision le mieux possible, en faire une aventure et une opportunité.

Et vous, comment faites-vous vos choix ? Avez-vous déjà fait des choix en regardant le prix à payer ?

Et si vous avez un choix important à faire prochainement, si vous testiez ?

Comme d’habitude, j’attends vos commentaires avec plaisir.