C’est un thème que j’aborde très souvent avec mes clients, notamment lorsqu’ils ont tendance à ressasser, ruminer des situations, des soucis, au travail ou ailleurs… Cela peut nous arriver à tous, n’est-ce-pas ?

Comment déterminer si nous avons du pouvoir ou pas?

L’auteur Stephen Covey nous encourage à nous focaliser sur les situations, les problèmes sur lesquels nous avons du pouvoir. Nous avons tous un temps et une énergie limitée. Alors avant de décider d’utiliser de ce temps et cette énergie à s’atteler à une problématique, à vouloir changer une situation, il est toujours utile de se demander si :

  • Cette situation est sous mon contrôle, c’est-à-dire est ce que je peux agir directement dessus ? ou
  • Si ce n’est pas le cas, je peux au moins l’influencer ? ou
  • Je n’ai aucun pouvoir sur cette situation

Voici quelques exemples :

  • Ce qui n’est pas en mon pouvoir : la météo, les décisions du gouvernement (très d’actualité en ce moment !), la personnalité de mon chef/collègue
  • Ce qui est dans mon cercle d’influence: Dans ce cercle, vous n’avez pas le plein contrôle mais vous avez le pouvoir d’influencer la problématique ou la situation, en tout cas d’essayer, que ce soit par des actions ou des pensées, des objectifs que vous vous mettez. Beaucoup de choses peuvent rentrer dans ce cercle, jusqu’à un certain stade, si c’est pertinent pour vous. Prenons comme exemple la solitude des personnes âgées, sujet qui me touche beaucoup : le sujet en général n’est pas vraiment en mon pouvoir, mais par contre, je peux légèrement l’influencer en faisant du bénévolat, en prenant soin des personnes âgées de mon entourage. Autre sujet hors de mon contrôle : le comportement d’autres personnes : à nouveau je peux néanmoins avoir une influence en modifiant mon propre comportement, ma réaction !
  • Ce qui est dans mon cercle de contrôle : Ici, vous avez les pleins pouvoirs ! Biensûr, vous pouvez être influencés par des éléments ou personnes extérieures mais ici c’est chez vous ! C’est le cercle dans lequel vous pouvez poser des actions concrètes. Par exemple, faire du sport, manger sainement, chercher un nouveau travail, mettre à jour votre profil LinkedIn et bien d’autres.. C’est un endroit où nous sommes les seuls maîtres à bord, malgré toutes les excuses que nous pouvons nous trouver : manque de temps, d’énergie, de compétences.. Mais si nous nous y mettons, si nous décidons d’agir, nous pouvons le faire.

Bien sûr, comme dit tout-à-l’heure, il s’agit de toujours garder en tête le temps et l’énergie que vous aurez à dépenser par rapports aux résultats que vous pensez obtenir.

Les bonnes questions à se poser:
  • quel est le degré d’importance de cette situation, à quel point vous prend-elle la tête, et à quel point son amélioration peut vous être bénéfique ?
  • quelle est le pourcentage auquel j’estime que la situation peut changer par mes actions ? Stephen Covey dit que si la chance de résolution est moins de 10%, oubliez !
  • Est-ce que cette situation en vaut vraiment la peine ? Challengez-vous et fixez vos « vraies » priorités.
Un exemple concret:

Pour finir, prenons un exemple pour naviguer dans les 3 cercles, un exemple qui peut nous parler à toutes et tous je crois : je n’aime pas la personnalité de mon chef (ou un collègue), c’est compliqué pour moi de travailler avec lui.

Au départ, ce n’est pas dans votre cercle de contrôle, il est comme il est et nous n’avons pas le pouvoir de changer les autres. Par contre, si vous avez répondu oui aux trois questions ci-dessus, il y a des choses qui peuvent faire partie de votre zone de contrôle et/ou d’influence, par exemple :

  • Je peux lui demander un rendez-vous pour lui parler de ce qui est difficile pour moi et rétablir une meilleure communication, ou
  • Je peux essayer de mieux le comprendre, de me mettre dans ses chaussures, m’intéresser à lui en mettant de côté mon opinion négative, ou
  • Je peux en parler avec un proche pour lui demander son avis, ou parler à la personne de confiance de l’entreprise
  • Etc

Je ne peux certes pas changer sa personnalité mais je peux peut-être influencer son comportement vis-à-vis de moi, notre relation, parce que j’ai décidé que c’était un objectif pour moi et que ça vaut la peine d’y consacrer du temps et de l’énergie.

Alors prenez l’habitude dès aujourd’hui de vous poser ces questions, et de vous focaliser sur les deux cercles dans lesquels vous avez du pouvoir !

J’attends vos retours avec impatience !