Pendant cette période plus calme de l’été, j’ai enfin pris le temps de lire le livre “A nous la liberté” de Alexandre Jollien, Christophe André et Mathieu Ricard. La première partie du livre parle de ce qui nous empêche d’être libre et ils commencent avec l’acrasie. Ce thème est pour moi passionnant car je ne connais personne n’en ayant jamais souffert, moi la première!

Pour vous en parler, je vais commencer par la définition de Christophe André: “d’un point de vue pratique, l’acrasie désigne l’incapacité à tenir ses engagements et ses résolutions (..) elle concerne ce qu’on pourrait faire, mais qu’on ne fait pas, tout en jugeant qu’il serait souhaitable de le faire. Ces trois dimensions entrent en jeu: je veux, je peux, mais je ne le fais pas.”

Nous connaissons tous cet état n’est-ce pas? Sur certains sujets, nous sommes toujours au taquet, aucun souci de motivation! Pour d’autres, c’est plus dur!

De mon côté, je procrastine surtout lorsque la tâche en question me demande de beaucoup sortir de ma zone de confort. Il suffit que je sois fatiguée ou avec un moral moyen pour que je me trouve 10000 excuses pour reporter.. L’avantage c’est qu’en général, je finis quand même par le faire, mais ça peut être bien plus tard. Parfois aussi, pour ne pas procrastiner, j’ai besoin d’un objectif. Par exemple, j’aime bien la course à pied, je sais que ça me fait du bien, mais ça fait des mois que je n’avais pas couru! J’ai donc choisi de m’inscrire à une course qui aura lieu début novembre, avec ma nièce, et cela me motive énormément pour recommencer à courir de façon plus régulière. Et vous, qu’est-ce qui vous aide?

J’aimerais ici insister sur un point qui compte beaucoup pour moi: “on ne peut pas changer” est une idée fausse, comme le dit Mathieu Ricard. On peut changer à tout âge, grâce à la plasticité de notre cerveau. Il s’agit de s’entraîner, de modifier ses habitudes, pas à pas. Au lieu de se dire “je n’y arriverai jamais”, il s’agit de reconnaître ses difficultés comme ses forces, et de réaliser que le changement est possible, que nous avons ce pouvoir!

Voici quelques conseils concernant l’acrasie de ces 3 magnifiques auteurs, que j’ai choisis pour vous:

– Ne pas faire un drame des rechutes et des faux pas. Si parfois, l’acrasie est plus présente, évitez de vous auto-flageller!

– Repérer ce qui nous met en joie, et se focaliser sur cette joie pour agir. Etre doux envers soi.

– Il n’y a pas de grandes tâches difficiles qui ne peuvent être décomposées en petites tâches faciles

– Et enfin, l’éloge des résolutions: l’acrasie se nourrit de l’absence de projets. Même si vous ne menez à bout que quelques projets, c’est toujours mieux que 0 qui serait votre résultat si vous n’en avez aucun!

L’acrasie est exactement le thème abordé ce matin avec une des clientes: l’action, la mise en oeuvre est souvent la dernière étape à franchir. Après les prises de conscience, les clarifications de ce qu’elle veut vraiment, il s’agit ensuite justement de dépasser l’acrasie et de se mettre en action:) Elle est repartie avec de nombreuses clés et je me réjouis d’entendre le résultat à la prochaine séance.

Envie d’en savoir plus sur comment je peux vous accompagner ? Contactez moi par ici: https://delphicoach.ch/contact/