J’adore l’émission sur la Radio Suisse Romande Egosystème. Les sujets m’intéressent toujours beaucoup. Vous connaissez?
En particulier, j’ai écouté avec beaucoup de plaisir la dernière émission sur les âges clandestins. Je vous joins le lien de l’émission, qui m’a inspiré l’article ci-dessous!

RTS âges clandestins

Nous sommes des êtres multiples, nous sommes multi-facettes comme j’aime le dire.

Différents traits de personnalité, différentes voix intérieures mais aussi différents âges.. Les âges clandestins, comme les appelle l’invité de l’émission, Bruno Dubos. Un premier niveau de définition est qu’il s’agit d’âges différents de celui de notre état civil, ce qui justifie l’appellation de « clandestins ». Il existe une myriade d’âges clandestins. Cela va donc au-delà des Etats du Moi Enfant, Parent, Adulte issus de l’Analyse Transactionnelle (voir mon article Etats du Moi)

J’aime beaucoup lorsque Bruno Dubos raconte que parfois, dans ses séances d’hypnothérapie, il ne sert à rien de s’adresser à l’adulte, car il n’est pas là. C’est aussi ce que j’observe parfois en tant que coach dans mes séances individuelles, ou même dans les groupes. L’adulte n’est plus là, et souvent dans mon expérience, il a fait place à l’enfant. L’enfant blessé, l’enfant qui a peur, qui manque de sécurité, et il s’agit d’en prendre soin pour permettre à l’adulte de revenir.
Lorsqu’une personne adulte est fortement dans un “âge clandestin”, il est inutile de vouloir s’adresser à lui de façon neutre et raisonnable, nous ne serions à ce moment là pas sur le même mode de communication et dans une impasse..

Récemment, j’ai animé avec une collègue un atelier dans une équipe. il y a avait tout un programme défini, que nous n’avons pu compléter qu’en partie. Certains participants étaient en effet encore dans les émotions de choses difficiles qui s’étaient passées dans l’équipe et la communication d’adulte à adulte ne passait pas. Nous avons temporairement pris le rôle de parents bienveillants pour laisser les enfants en eux s’exprimer.

Mais attention, les âges clandestins ne sont pas seulement une cause de difficultés! J’ai aussi beaucoup aimé dans l’émission l’approche d’utiliser nos âges clandestins pour aller chercher les compétences dont on a besoin et qui appartiennent à cet âge en particulier. Par exemple, se connecter à son enfant pour retrouver de la légèreté et de la joie, à une personne plus âgée lorsqu’on doit tout d’un coup assumer une grande responsabilité!
Une façon de se connecter à l’âge dont on a besoin, si c’est un âge par lequel nous sommes déjà passés, est d’aller dans le vécu sensoriel, dans les ressentis physiques plutôt que dans les souvenirs mentaux. Et là il prêche une convaincue, encore une magnifique façon d’utiliser notre corps comme une ressource.

Ce que je conclus de tout cela, c’est que les âges clandestins peuvent être une ressource s’ils sont là au bon moment, mais peuvent nous porter préjudice lorsqu’il apparaissent sans crier gare, et surtout lorsque nous n’en sommes pas conscients et qu’ils prennent le dessus.

Et si vous vous observiez ces prochaines semaines ? Lorsque vous êtes en train de réagir de façon exagérée ou inopportune face à une situation, peut-être êtes-vous à ce moment dans un âge clandestin!?