Selon Eric Berne, psychiatre et inventeur de l’Analyse Transactionnelle, nous, les êtres humains, avons trois besoins fondamentaux, appelés encore « soif ».

Nous avons soif de stimulation ou sensation, soif de reconnaissance et soif de structure.

  • Les sensations ou stimulations nous permettent de nous sentir vivants. Selon Berne, cette soif est satisfaite grâce à l’utilisation de nos 5 sens.
  • La soif de reconnaissance correspond au besoin d’être accepté et reconnu par les autres en tant que lui-même. Elle ne peut être remplie que par un autre être humain, ou un animal éventuellement.
  • La soif de structure permet de se positionner dans l’espace et le temps.

Aujourd’hui, nous devons évoluer dans un monde très différent de ce que nous connaissons. Alors comment remplir ces besoins fondamentaux dans la période actuelle ? Je vais m’attarder aujourd’hui sur le besoin de reconnaissance.

Selon Berne, la personne humaine a besoin pour vivre et se développer que ses pairs lui témoignent de l’attention, au travers de “signes de reconnaissance ». Je me souviens à quel point j’avais été touchée lorsqu’un des mes formateurs en coaching avait fait mention de l’impact sur les nouveaux-nés d’une carence affective. Cela pouvait aller jusqu’au décès de ces nouveaux-nés !

Même si nous grandissons et devenons adultes, nous avons toujours besoin de signes de reconnaissance, un sourire, un geste, une parole.

Alors malgré la morosité du moment, n’oublions pas ces signes ! Quelques exemples de signes de reconnaissance positifs que nous pouvons nous donner mutuellement dans cette période d’isolement.

  • Reprendre le téléphone ou autre moyen de communication à distance pour pouvoir échanger plus longuement et profondément (au lieu d’échanger des messages de 3 mots). De mon côté, je n’ai pas vu ma mère, mes sœurs et nièces depuis Noël et j’avais prévu de leur rendre visite la semaine prochaine.. Bien sûr je suis déçue mais j’appelle ma mère plus souvent, j’ai prévu des Skypes avec mes sœurs et nièces. Nous communiquons, nous nous voyons, même à travers un ordinateur et cela nous fait du bien.
  • Faire des apéros en vidéo-conférence avec vos amis! De mon côté, j’ai testé hier soir pour la première fois.. et même si c’est pas l’idéal, ça m’a fait un bien fou!
  • Reprendre notre plume et écrire des lettres, des cartes postales. L’année passée, je me souviens avoir écrit une lettre d’amour à ma mère et elle en avait été enchantée. Dans l’isolement que les personnes âgées vivent en ce moment, que de bonheur (et de signes de reconnaissance positifs) pourraient-ils recevoir par le biais d’une lettre ?
  • Pourquoi pas se fixer une heure chaque jour à laquelle nous pensons les uns aux autres ?
  • Se connecter à, anticiper tous les câlins que nous pourrons enfin faire une fois la crise passée.

Quelles sont vos propres idées pour remplir ce besoin de reconnaissance, pour vous-mêmes et pour les autres ?